Articles

Imprimer

Ultraviolets et lumière bleue.

Choisir son domaine:

On entend souvent parler d’UV (ultraviolets) dès que l’on fait référence à la plongée à fluorescence et pour cause, c’est bien avec des UV que tout à démarré.
(Voir la fluorescence à travers l’histoire.)

Aujourd’hui encore, il est possible de se procurer de telles lampes. Souvent même, pour faire simple, on parle de lampes UV bien qu’on ne soit pas du tout dans le spectre des ultraviolets.
 
Le spectre des ultraviolets est situé entre le spectre visible de la lumière et les rayonsX. Il couvre une plage de longueurs d’ondes allant de 100 à 400 nanomètres.
Il y a quatre catégories principales d’ultraviolets : 
  • Les UV-A2 de 340 nm à 400 nm 
  • Les UV-A1 de 315 nm à 340 nm 
  • Les UV-B de 280 nm à 315 nm 
  • Les UV-C de 100 nm à 280 nm 

Aux débuts des recherches sur la fluorescence, les ultraviolets (UVA) étaient le standard, jusqu'à ce que le Dr Charles Mazel entreprenne l’analyse d’échantillons de coraux en spectrofluorimètrie.
Le but était de déterminer les plages d’excitation des différents échantillons, et c’est ainsi qu'apparu de façon répétitive le graphique suivant:

coral excitation-300x220
Alors que la bosse au niveau des UV est bien visible, il apparaît clairement que les plages d’excitation sont bien plus élevées dans le bleu. 

Le graphique ci-dessous met parfaitement en évidence la différence d’énergie émise par un sujet excité avec une source UV et une source bleue de même puissance. 

coral emission blue uv-300x220
Suite à cette constatation, Charles Mazel à commencé à concevoir et expérimenter les lampes à lumière bleue qui sont aujourd'hui le standard dans presque tous les domaines.
  
Pour les inconditionnels des UV, oui, il y a des objets qui s’illuminent sous UV et non sous lumière bleu certes, mais l’inverse est beaucoup plus vrai.

Beaucoup plus d’objets sont fluorescents et avec plus d’éclat sous lumière bleue. C’est donc devenu le choix évident pour la plongée loisir ainsi que pour la recherche scientifique.

Les UV étant hors du spectre visible il n’est pas nécessaire d’utiliser un filtre bloquant. Ce qui n’est pas le cas d’une excitation par lumière bleue.
La lumière bleue réfléchie pouvant couvrir la fluorescence, il convient d’utiliser un filtre pour la bloquer.

Des fabricants proposent des lampes à excitation sans proposer de filtres bloquants, certains plongeurs n’en utilisent pas, c’est dommage, les résultats sans ce filtre sont extrêmement décevants.
 
Idéalement, les filtres bloquants doivent être adaptés à la longueur d’onde de la source excitatrice, toutefois pour une approche plus artistique en photographie, il peut être intéressant de laisser passer un peu de cette lumière excitatrice. 

Efficacité :


Coté technique, il apparaît qu’une LED UV est beaucoup moins efficace qu’une LED bleue à puissance égale tout en étant beaucoup plus onéreuse.

Nocivité des UV :

Personne n’ignore que les UV sont nocifs pour la peau, mais ils le sont aussi et surtout pour les yeux. Le verre de votre masque ne filtre qu’une partie des ultraviolets, les UVB (280 à 315nm).

Il ne filtre pas les UVA
.


Puisque invisibles, les ultraviolets ne déclenchent pas les réflexes photo-moteurs protecteurs, laissant ainsi nos cornées sans défenses, provoquant des dégâts irréversibles. (Ophtalmies, cataractes)

Bien sûr, on peut être prudent et ne jamais pointer sa source UV vers son visage mais cela ne met pas à l’abri des réflexions pour autant.

Il peut être bon aussi, d’avoir une petite pensée pour les yeux innocents des binômes, ou du reste des palanquées. Ils en seront certainement reconnaissants.

Meilleures ventes

223,00 € l'unité
Disponible en stock
699,00 € l'unité
Disponible sous dix jours
259,00 € l'unité
Disponible sous dix jours
493,00 € l'unité
Disponible sous dix jours
289,00 € l'unité
Disponible en stock